sandy femme soumise sm maitre cerbere dominateur
Login : Mot de Passe : |

Cerbere

Le Guide

Qu'il est difficile de commencer une presentation, qui plus est la sienne.
Faire une introspection de ses gouts, si particuliers.
La vie le sm et moi, voila comment je pourrais commencer.
Toujours un peu different, mais sans me sentir au dessus ou en dessous.
A cote peut etre, ou derriere, plutot a regarder observer et comprendre.
Apprendre de soi, apprendre des autres, cultiver la curiosite.
Je ne suis pas juge, j'ai des avis, je fouille je creuse je sonde
j'essai d'analyser.
Alors vient le temps de l'experience, du passage a l'acte.
Des choses simples pour commencer, des faceties erotiques,
et quand beaucoup revent de multiplier les experiences, les conquetes
je suis deja dans un autre monde. Je n'en veux qu'une mais avec qui
multiplier les decouvertes les pratiques les endroits etc
Les pratiques, tres vite evoluent et deja se centrent sur une idee
d'obligation de contrainte, il n'y pas de rapport de force mais
un besoin visceral quasi naturel d'exiger.
Non pas que je sois quelqu'un d'extravagant de hautain et d'indifferent,
au contraire, je suis tres attentif a l'autre, a sa maniere d'agir de se
comporter et de reagir.
Assez rapidement je m'appercois que les esprits se bloquent, se ferment
parfois, alors avec une pudeur toute naturelle, je laisse les choses suivrent
leur cours.
Pudique oui je le suis, ou peut etre que j'ai appris a l'etre pour ne pas
blesser choquer, renvoyer une image qui n'est pas la mienne parceque
mes gouts sont autres.
je mets ces activites en stand by et rejoins les rangs des gens "normaux"
je sors je fais quelques exces et je collectionne, sans passion, je prends
je jettes, je fais les choses, sans passion.
La passion, c'est important de faire les choses, celles que l'on a en soi.
Ce n'etait pas la une question de pratique lambda, que ce soit soft hard
etc mais bel et bien une question d'etat d'esprit, et cet etat d'esprit
c'etait a moi de le donner. Bien sur que l'on peut recevoir beaucoup
et c'est meme la finalite, mais avant ca on donne, de soi, de son temps,
de son energie pour vehiculer ce qu'on ressent et aime vivre.
Une sorte d'humaniste, ou de psy ca depend des personnes.
et pendant longtemps je vais etre le psy, le confesseur, l'utilisateur.
Je m'etais deja appercu mais en pratiquant beaucoup plus ca, s'intensifie,
j'aime l'image de la douleur, d'une forme de "violence", de force.
Les marques que ca laisse sur la peau, le souvenir que ca laisse dans la tete.
Alors je navigue je navigue, j'entend ici et la des Maitres des Dominateurs
qui parlent, des soumises aussi des trans des trav, tout ce que la planete
sm peut compter de personnages, de personnalites.
Mais le constat ne tarde pas, j'ai du mal avec les discours que j'entend, non
pas ceux des soumises des soumis, mais les dominateurs, dominatrices,
ces hommes et femmes de "pouvoir" qui regne sans partage et son conteste
sur la planete sm.
Peu de gens, peu de personnalites m'attirent vraiment, je me sens une fois
encore different, en marge des marginaux, non conforme chez les
non conformistes.
Et puis je suis en couple, bien sur nous avons joue, mais la aussi j'ai du
mal, j'ai bien essaye de vivre les choses comme je les entendais, mais
assez vite je me rend compte que le sm h24 ne sera pas pour moi
ou alors pas sous cette forme.
Malgre la decision est prise de ne pas mettre de cote ces envies ces besoins
nous chercherons en commun si necessaire, sans reel succes.
Non pas que nous ne recontrions pas de gens de soumis de soumises
mais toujours cette "difference".
Les codes m'interessent peu, et je ne suis pas fetichiste, ce qui m'importe
et le bien etre de l'autre son epanouissement, quand je constate parfois avec
stupeur la nature humaine en general et celles des hommes en particulier.
Un constat assez regulier, les "seances" finissent en partouze pour les "dominateurs"
et en lechage de cuissardes pour les dominas.
Rien qui me convienne vraiment d'autant que les pendant sont le plus souvent
peu reluisant, un panache de pratiques relativement soft, parceque le soumis
ou la soumise entendent que ses limites soient respectees.
Bien entendu ca me semble normal de respecter les limites de l'autre,
au moins pendant un certain temps, celui de prendre l'influx sur l'autre.
Ne pas etre dupe des cadeaux qui sont fait, se soumettre a quelqu'un et
que ce soit un homme ou une femme qu'il le fasse doit aussi etre un
honneur et un privilege pour celui ou celle qui le recoit egalement.
Mais ce n'est pas le cas, les titres ronflants fusent a peu pres aussi vite
que les insultes et noms d'oiseaux.
J'en ai croise des salopes des chiennes des putes des truies des vide
couilles et autres sous merdes, et je n'ai rien ni contre l'idee ni contre le
principe, mais voir son soumis ou sa soumise comme un tire jus ou un compte
en banque ca me derange.
Non le sm n'est pas reserve a une elite financiere ou intellectuelle. C'est pourtant
souvent ce qui ressort dans les impressions, les dominas inaccessibles les maitres
indifferents, souvent centres sur leur nombrils et incapables de faire le moindre
effort pour leur propre plaisir dans la mesure ou tout leur est du.
Et c'est bien ce qui me derange, ne pas vivre les choses intensement jusqu'au bout.
les titres sont ronflants mais les attitudes beaucoup moins, souvent par peur
de perdre ce morceau de viande moins que rien qui amene malgre tout quelques
avantages.
Oui je suis un peu comme tout le monde, j'ai peur de perdre ce que j'ai mais encore
une fois pour des raisons differentes.
J'ai toujours essaye de m'investir autant que je pouvais, de repousser les limites,
y compris les miennes, apprendre de nouvelles choses de nouvelles pratiques.
Un peu comme un passionne de peinture a qui on volerait une toile, un fana de voiture qui se la ferait voler.
Bien sur il y a les incidents de parcours, la vie en general qui fait que l'on est
obliges de mettre un terme aux choses. Je profite de chaque occasion, pour m'instruire
et apprendre de mes soumises, les motivations les doutes, les fantasmes.
Je suis donc amene a croiser des profils avec des envies differentes.
La nymphomane en quete de sexe a outrance mais qui a besoin de surprises
la maso qui aime la douleur pour se punir d'on ne sait quoi
la femme mariee qui a besoin de quelques sensations.
Un peu de tout mais avec parcimonie, un peu d'humiliation, un peu de douleur
un peu de sexe et une fois finie tout le monde a la maison.
Mais ce n'est pas ma vision des choses. Bien sur j'ai un chez moi, mon chez moi
et donc je rentre aussi. Pas ou peu de soirees a partager, des "seances" express
des rendez vous a la va vite, je m'en contente jusqu'a ce que je trouve, la trouve.
Des relation plus ou moins longues, plus ou moins intenses, oui j'en ai connu.
Une sera bien plus longue bien plus intense, plus significative de mes gouts, mais
entachee des contraintes temps, des contraintes d'un mari, d'enfants, bien sur
tout ca je le comprends, je suis moi meme dans ce cas, ou le jusque boutisme
est impossible, mais je sais je peux et dois prendre ce temps pour moi et celle
qui est ma soumise.
Ma soumise ma complice, une partie de moi. Et il est hors de question que je la neglige
et en la negligeant que je me neglige a mon tour.
J'ai evolue j'ai appris, j'ai grandi, j'ai eu des joies et des deceptions mais si on peu
me repporcher des tas de choses, c'est de toujours m'etre investi dans mes relations
Pousse au cul, pousse au crime, aller de l'avant, plus plus plus pour arriver a une forme
qui soit celle que j'ai en tete.
Une relation humaine, intense, forte, privilegiee.
une relation ou chacun s'epanouisse autant dans l'exigeance que l'obeissance
Dans la douceur comme l'intensite, qu'elles soient physique ou intellectuelle.
J'ai grandi j'ai evolue, et je n'ai plus peur. Non pas de pratiquer des choses
excessives dures ca ne date pas d'hier mais plus peur d'etre seul, de pas avoir
de soumise, et libere de cette contrainte, l'envie de n'en faire qu'a ma tete.
Prendre ma soumise et lui dire voila ou nous allons aller. Voila ce qui t'attend
C'est sur cette voie que nous nous engageons.
Cette voie "ultime" ou les tabous les limites tombent ou la dependance et
le controle sont omnipresents, ou les situations douces dures humiliantes indecentes
sont vecues tour a tour comme autant de fierte.


http://www.rencsm.com